Pinterest Youtube Facebook Instagram Line WeChat Weibo Red Arrow Right Arrow Bottom Arrow Left Arrow Top Arrow Left Thin Arrow Right Thin Close big Close Filter Like Like full Mail Mail thin Map Map2 Phone Play Search Share Twitter Smartphone Earth Eye Cube Logo small Logo Paris Logo Full Logo Full

La Malmaison, refuge de l'impératrice Joséphine

Désireuse d’échapper aux contraintes de la vie de cour, Joséphine s’installe à La Malmaison. À la minéralité rigoureuse de la place Vendôme, la Malmaison oppose son désordre champêtre. C’est pour Chaumet le versant bucolique et intime de la solennité de l’hôtel Baudard de Saint James.

Photos : © Aurore Markowski et Julien Verdier

_

De l'officiel à l'intime

Le classicisme de la place Vendôme se prolonge à la Malmaison par une vision de l’Antiquité et de la Renaissance chère au couple impérial. Le souvenir du passage de Chopin place Vendôme fait écho à la passion de Joséphine pour la musique, encore perceptible dans l’intime Salon de Musique.

Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
_

De gauche à droite :

Centaures côté parc. La salle à manger de la Malmaison. Détail du globe céleste dans la bibliothèque. Boudoir de l’Impératrice.

Le parc à l’anglaise créé par Joséphine n’est que foisonnement, asymétrie, recoins et entrelacs. Les plantes exotiques qu’elle y cultive lui rappellent son enfance parfumée à la Martinique. Nitot connut même un moment d’angoisse en cette demeure, lorsque l’impératrice, à qui il présentait des factures, le cacha précipitamment pour improviser un interlude amoureux avec l’empereur, et obtenir de lui la somme due à son joaillier… Vendôme et Malmaison, de l’officiel à l’intime.

Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
Malmaison Chaumet
_

De gauche à droite :

Le parc. Perspective néoclassique du rez-de-chaussée. Dans l’escalier, buste de Napoléon 1er d’après Canova. La salle de billard.